Job, Armel


Oeuvres

Biographie

Armel Job est un écrivain francophone belge, né le 24 juin 1948 à Heyd.

Troisième d’une famille de quatre garçons, il a un père qui exerce successivement les métiers de matelassier puis de marchand de céréales. A la maison, il ne parle pas français, mais wallon.
A 12 ans, il entre à l’internat du séminaire de Bastogne, où il apprend le latin et le grec. Il suit aussi des cours de piano et participe à la pièce de théâtre des étudiants.
Alors que le séminaire de Bastogne envoie traditionnellement ses élèves poursuivre leurs études à l’Université Catholique de Louvain, Armel Job prend le chemin de l’Université de Liège. Il en sortira candidat en philosophie et lettres, licencié en philologie classique et agrégé de l’enseignement secondaire supérieur.
Après ses études, il revient au séminaire de Bastogne comme professeur de latin et de grec. Après 23 ans d’enseignement, il prend la direction du séminaire en 1993, fonction qu’il exercera jusqu’à sa pension, en 2010.
Ce n’est qu’en 1995 qu’il publie son premier roman, La Reine des Spagnes, chez Mijade. Son talent le fait remarquer par les éditions Robert Laffont, qui publieront par la suite la plupart de ses ouvrages.
Dans ses romans, Armel Job met en scène des hommes et des femmes de sa région. Il maîtrise à merveille le suspens et les rebondissements qui tiennent en haleine ses lecteurs.
Sur sa page Facebook, il partage ses réflexions sur la littérature, l’histoire, la philosophie, les religions… Au hasard, parmi d’autres:

« Liberté, liberté chérie…

La liberté, dirait-on, est devenue la valeur suprême, devant laquelle les autres n’ont pas intérêt à la ramener. Twittons, facebookons nos opinions, quelles qu’elles soient! Nous sommes encore dans un pays libre, non?

Les philosophes des Lumières, les pères de la démocratie, n’ont jamais revendiqué la liberté pour elle-même. En elle, ils ne voyaient que la condition à l’établissement d’autres valeurs. La dignité humaine, par exemple, que l’on ne saurait concevoir sans liberté.

Qu’en est-il donc de la liberté, si elle cesse d’être la pierre sur laquelle s’érige la dignité pour devenir le projectile avec lequel on l’écrase? »

Mais toujours avec un humour décapant:

« Métaphysique des soldes

A la devanture d’un magasin, je lis :
TOUT DOIT DISPARAITRE.
Derrière le comptoir, le commerçant est pâle et mélancolique.
Un philosophe, à n’en pas douter. »

Armel Job est marié et père de trois filles.

Oeuvres

Baigneuse nue sur un rocher

ePub Kindle

Rocafrème est un village de l’Ardenne liégeoise semblable aux autres: un curé, un charcutier, des artisans, etc. Mais il abrite aussi un artiste peintre, José Cohen, venu s’y réfugier sous l’Occupation. Et une très jolie personne, la fille du charcutier. Le peintre a décidé la belle Thérèse à poser nue au bord de la rivière. Le tableau, confié à un marchand de Liège, devait demeurer ignoré des villageois. Mais un jour d’octobre 1957, le journal local, « La Gazette de l’Ourthe », publie un article sur cette « Baigneuse nue », photo à l’appui. Le village s’enflamme. Et José Cohen est retrouvé mort.
Cette affaire plonge ses racines dans un passé trouble qui éclate soudain au grand jour. Pendant la Résistance, les personnages du roman ont tous été impliqués dans de sérieux conflits… La Baigneuse n’est pas la seule à se dénuder dans cette histoire. Il y a aussi les cœurs des hommes et des femmes du village.
Écrivain singulier, Armel Job construit ici une intrigue subtile, au suspense tout britannique. On y retrouve tout l’humour et le langage coloré de son premier roman, « La Femme manquée ».

Le bon coupable

ePub Kindle

« On est tous coupables, d’une façon ou d’une autre. Chacun doit se débrouiller avec ses propres fautes. »

Un beau dimanche d’été. Un village désert à l’heure de la messe. Une fillette de dix ans en chemin pour rejoindre son père à son atelier. Un homme en état d’ébriété qui traverse le village au volant de sa jeep avant de finir sa course dans un étang, à quelques encablures de là. Un second véhicule, une Jaguar rutilante, qui emprunte à vive allure le même trajet. Le choc, un accident sans témoin. Une fillette de dix ans tuée sur le coup. Un coupable tout désigné. Un suspect potentiel – au-dessus de tout soupçon.
Volage et noceur, Carlo Mazure est un marchand de bestiaux qui mène une vie de patachon assez misérable. L’exact opposé de Régis Lagerman, procureur de son état et, à ce titre, incarnation supposée de l’intégrité et de la droiture. Deux hommes et deux destins que tout oppose: l’un, la soixantaine débonnaire et philosophe, qui sait que sa vie est derrière lui; l’autre, jeune et brillant fonctionnaire, promis à un bel avenir et que les scrupules n’étouffent pas au moment d’éviter les obstacles, de quelque nature soient-ils, qui se dressent sur sa route. Qu’adviendrait-il si leurs routes venaient à se croiser?

Le Bon Coupable porte le sceau inimitable de ces contes philosophiques aussi légers que profonds dont Armel Job s’est fait une spécialité. Le récit – scandé par un dilemme moral: un représentant de la loi peut-il se dérober à la justice? – obéit à une mécanique précise et implacable. Inspiré par la parabole évangélique du pharisien et du publicain (Luc 18, 9-14), qui invite en substance à ne pas juger selon les apparences, Le Bon Coupable scrute le cœur et sonde les reins des hommes avec une rare intelligence.

Le conseiller du roi

ePub

Le conseiller du roiEn pleine «Affaire royale», alors que le roi Léopold III doit céder le trône à son fils Baudouin, son conseiller, Henri Gansberg van der Noot, marié et père de famille, la cinquantaine rougeaude et sentimentale, plus pantouflard que téméraire, se ressource tranquillement dans sa gentilhommière. Un jour de chasse – où il se contente, là comme ailleurs, de faire tapisserie – il se foule un pied et accepte les soins délicats d’Aline, la fille du garde-chasse. Hélas, la demoiselle est jolie, et ses mains si douces sur le pied enflé… Le conseiller, dit Riquet par sa blonde, qu’au village on compare à Lilian de Réthy, a sur les bras un scandale prêt à éclater. Sa déchéance est plus grande, se dit-il, que celle de son patron… Une irrésistible comédie de moeurs, tout en finesse et truculence.

Les Eaux amères

ePub

Les eaux amères« Le facteur sortit. Bram, intrigué, déchira l’enveloppe et, sur un feuillet minuscule, il lut de la même graphie soignée: Abraham, Ta femme te file entre les doigts! Tu as des yeux et tu ne vois pas. L’unique qui ait pitié de toi. Sur le seuil, le facteur se retourna. « A propos, et Esther? – Ça roule », répondit Bram, en affichant laborieusement la rangée étincelante de ses dents. »
Le 4 août est un triste jour dans la vie d’Abraham Steinberg; celui d’un anniversaire dont il appréhende chaque fois le retour. Une image vieille d’un quart de siècle le hante: son père, sa mère, sa petite soeur et lui-même réunis pour la dernière fois. Seul rescapé de la déportation, il n’est jamais parvenu à vivre en paix avec ses fantômes. Or cette année, les angoisses du très estimé Bram, comme tout le monde le nomme en ville, sont encore avivées par une mystérieuse lettre anonyme. Se pourrait-il que la belle Esther, la mère de ses enfants, son épouse adorée, le trompe? Bien que fâché avec Dieu, Bram décide de rendre visite au rabbin. D’après le religieux, seule la cérémonie des eaux amères, au terme de laquelle la femme adultère verra son ventre enfler et ses flancs se dessécher, pourra soulager sa conscience…

Les fausses innocences

ePub

Les fausses innocencesNous sommes en 1962, à la frontière belgo-allemande. Rentrant au milieu de la nuit d’une visite galante, Roger Müller, bourgmestre de Niederfeld, tombe sur Stembert, le docteur de la commune, qui vient d’être victime d’un accident de voiture. Effondré, l’homme avoue qu’il vient de quitter sa femme Mathilda et qu’il part rejoindre sa maîtresse en Allemagne de l’Est. Furieux, Müller, qui a toujours été amoureux de Mathilda, oblige le docteur à rejoindre le domicile conjugal. Le lendemain matin, Roger Müller a la surprise de voir débarquer dans sa mairie Mathilda Stembert venue déclarer le décès de son époux, mort, dit-elle, au cours d’un voyage en Allemagne.

La femme manquée

ePub Kindle

Deux personnages principaux: Évariste Lejeune et Charles Lambert. Le premier est clerc de notaire, et c’est à lui qu’on s’adresse lorsqu’on a besoin d’une plume avisée. Charles Lambert, trente-cinq ans, vit sur la plus belle ferme de Sarteau, en compagnie de ses tantes Philomène et de Camille. Quand les deux vieilles demoiselles meurent, Charles se retrouve seul et songe à se marier: il demande à Évariste de rédiger pour lui des annonces matrimoniales qui paraîtront dans le journal local. Elles demeurent sans écho, jusqu’au jour où, dans un catalogue intitulé Le Bonheur des îles, qui présente de « jolies indigènes cherchant mariage », Charles découvre la femme de sa vie. Hélas, c’est une jeune femme toute proche de la mort qui apparaît: Opportune est atteinte d’une leucémie et c’est pour se faire soigner en Europe qu’elle a choisi le stratagème de l’annonce. Le mariage est néanmoins célébré dans la chambre de l’hôpital où s’éteint Opportune, et c’est là que la vérité sur l’origine de Charles éclate, lorsqu’on entend le maire lire l’acte de mariage: « … Lambert Charles, né Lévi Saül, fils de Lévi Abraham et de son épouse Cohen Rachel, à Anvers, le 4 mai 1940, reçu en adoption par Lambert Philomène… » Stupéfaction, émoi dans le village. Peu après, un certain nombre de calamités (récolte pourrie, fièvre aphteuse) s’abattent sur le village. La faute à Charles, ce juif? À Opportune, cette étrangère? Et même, un soir de tempête, le feu prend à la ferme de Charles, qui y périt… Évariste part alors à la recherche d’éventuels héritiers de Charles…
Étrange histoire, pleine de surprises étonnantes, que la subtilité du récit rend fort crédibles. Mais au-delà de l’histoire, c’est l’écriture qui fait tout le prix de ce roman, avec son accent singulier et un humour très personnel: une langue qui se savoure avec bonheur, la peinture d’une petite société, ses personnages pittoresques et ses mœurs souvent réjouissantes… On sourit souvent, et on est ému.

Helena Vannek

ePub

Helena VannekDans une famille de notables terriens, le père est marchand de chevaux, la mère est morte, deux grandes filles: Helena l’exaltée et Mieke l’espiègle. Le père engage un apprenti, Guido, qui arrive précédé d’une réputation sulfureuse. Lorsqu’il fuit, Helena le suit: elle l’aime et croit qu’il l’aime. Quand il se refuse, elle pense découvrir la vérité: il est son demi-frère. Le destin les sépare.
Dans une seconde partie du roman, c’est alors le fils d’Helena qui prend la parole. Il vient de mettre la main sur le journal de sa mère: les mystères se dévoilent. Et l’on prend conscience que le récit d’Helena est, pour une large part, le produit de son imagination. Elle a voulu faire des événements de sa jeunesse une tragédie, de sa vie un destin. Étrange et troublante histoire où, par-devers la parfaite limpidité du récit, la réalité des êtres se révèle sous un jour inattendu.

Les mystères de Sainte Freya

ePub

Les mystères de sainte FreyaA la fin de son pontificat, Jean-Paul II, très actif dans ce domaine, a eu l’heureuse idée de canoniser sœur Freya, une religieuse belge, connue pour son inlassable dévouement à la cause des plus défavorisés. Cette distinction a ravi tous les Belges, et sainte Freya est devenue une gloire nationale. La stupéfaction de Mgr Van Camp est donc totale quand il reçoit un e-mail accusateur, au titre sans ambiguïté: « Freya était une salope. » Le corbeau se fait fort de révéler la vie secrète de la religieuse à la presse. La menace est terrifiante. Une erreur de canonisation impliquerait la ruine de l’infaillibilité pontificale, socle sur lequel reposent les dogmes de la foi. Il faut par tous les moyens faire taire le corbeau, dont les revendications théologiques sont totalement inacceptables. Mais on peut toujours faire confiance aux ressources inépuisables de l’Eglise catholique…

Tu ne jugeras point

ePub Kindle

Lorsque, ce jour-là, Denise Desantis entre dans un magasin pour s’acheter des mouchoirs, elle est pressée et, comme cela se fait dans cette banlieue paisible, elle laisse son dernier-né dans la poussette, devant la porte. Lorsqu’elle ressort, la poussette est toujours là, mais vide. La disparition d’un enfant de treize mois est toujours une affaire douloureuse et compliquée, et le juge Conrad entend suivre ce dossier avec le maximum de rigueur. Homme intègre et pondéré, il veut éviter les débordements fréquents dans ce type de faits divers qui enfièvre les imaginations et excite les médias. Les investigations du juge commencent par l’interrogatoire de Denise Desantis. C’est une femme ordinaire, effacée. Mère de quatre enfants, épouse d’un ouvrier sans grand caractère, elle vit pauvrement mais dignement dans sa petite maison de banlieue. Une femme sans histoires. Et pourtant… Derrière sa détresse, son désespoir évident, le juge est intrigué par la rigueur et la minutie de son témoignage. Quand il s’efforce de retracer la chronologie des événements qui se sont déroulés avant la disparition de l’enfant, elle a réponse à tout, quasiment minute par minute. Toutes les informations qu’elle donne sont vérifiables. Au fil des jours, alors que tout prouve son innocence, la conviction du juge se forge: cette femme a tué son enfant. Il finira par la contraindre aux aveux et elle sera condamnée. Et pourtant…


Haut de la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.