Lemonnier, Camille


Oeuvres

Biographie

Antoine Louis Camille Lemonnier est un écrivain et critique d’art francophone belge.

Camille Lemonnier

Camille Lemonnier (d’après un dessin de Frans Gailliard) – extrait de Liebrecht, Histoire de la Littérature Belge d’expression française, 1910

Né le 24 mars 1844 à Ixelles, une commune bruxelloise, il est issu d’une famille d’origine flamande. Son père était avocat et sa mère venait d’une famille de paysans ucclois. Sa mère mourut quand Camille avait deux ans. Camille et ses soeurs furent alors confiés à leurs grands-parents maternels.
Très attiré dès son plus jeune âge par la littérature, Camille Lemonnier séchait régulièrement les cours pour se réfugier dans le Bois de La Cambre tout proche, afin d’y dévorer entre autres les oeuvres d’Alphonse de Lamartine et de Victor Hugo.
Son père, voyant en lui son successeur, l’inscrivit en faculté de droit à l’Université Libre de Bruxelles. Mais très rapidement, Lemonnier se détourna du droit pour se consacrer exclusivement à l’écriture.
Fin 1862, il publia son premier récit, intitulé Brosse et tampon, dans le journal Uylenspiegel. A l’occasion du Salon de Bruxelles en 1863, il publia à compte d’auteur ses premières critiques d’art dans un ouvrage tout simplement intitulé Salon de Bruxelles. Dès cette époque, il noua des amitiés solides avec plusieurs peintres, ainsi que quelques écrivains tels que Georges Eekhoud et Georges Rodenbach.
Son père, inquiet de son avenir car il ne pensait pas que Camille puisse vivre de ses activités littéraires, lui trouva un poste de fonctionnaire. Camille Lemonnier en démissionna au bout de trois ans.
En 1868, il fut l’un des membres fondateurs de la Société Libre des Beaux-Arts, un groupe avant-gardiste fondé suite au Salon de Bruxelles de 1866, durant lequel quelques artistes avant-gardistes n’avaient obtenu que des places insignifiantes. Lemonnier fut porte-parole de ce groupe.
En 1869, son père mourut et Lemonnier hérita d’une vaste demeure sur les hauteurs de la Meuse entre Namur et Dinant, où il s’adonna au sport, et développa son goût pour la nature, qui sous-tend ses meilleurs ouvrages. C’est à cette époque qu’il publia Nos Flamands (1869) et Croquis d’automne (1870). Fervent partisan du développement d’une littérature typiquement belge, il encourageait, dans Nos Flamands, les écrivains belges à écrire en « welche ». Cet ouvrage s’ouvrait d’ailleurs sur la devise suivante: « Nous-mêmes ou périr ».
En 1870, il publia aussi Paris-Berlin, un pamphlet traduisant son horreur de la guerre et défendant la position de la France, qui eut un grand succès.
En 1871, il épousa Julie-Flore Brichot, de Binche, dont il eut deux filles: Marie en 1872 et Louise en 1876. Dans les années qui suivirent, il publia plusieurs romans et contribua à différentes publications artistiques et littéraires, dont L’Artiste et L’Art Universel.
C’est en 1879 que ses talents de romancier apparurent clairement, dans Un coin de village, ouvrage dans lequel il décrit avec humour la calme vie rurale.
En 1880, la famille Lemonnier retourne à Bruxelles, où elle emménage à proximité du Bois de La Cambre. Mais le climat familial se dégrade, allant jusqu’à la séparation l’année suivante.
En 1881, Lemonnier publie un de ses chefs-d’oeuvre: Un Mâle, roman écrit durant son séjour à Groenendaal, et qui décrit les amours d’un braconnier et d’une fille de ferme, sur fond de forêt. Cachaprès, son héros, incarne la rusticité sauvage du Flamand, que Lemonnier veut mettre à l’honneur pour incarner la spécificité belge par opposition à la littérature française. Ce livre fit scandale en Belgique, mais fut par contre bien reçu à Paris, entre autres par Joris-Karl Huysmans et Alphonse Daudet. En 1883, le jury du prix Quinquennal (le plus prestigieux des prix littéraires en Belgique à cette époque), faute d’une majorité claire, ne lui décerna pas le prix tant convoité, contre toute attente. C’est en réaction à ce qu’ils considéraient comme un affront à leur chef de file naturel que les autres écrivains belges, réunis autour de la revue littéraire La Jeune Belgique, dont Lemonnier était un des co-fondateurs, organisèrent alors en son honneur, le 27 mai 1883, ce qu’ils présentèrent comme un « banquet solennel de protestation », comme en écho au salon des refusés de Paris. Durant ce banquet, Rodenbach donna à Camille Lemonnier le titre de « Maréchal des lettres belges ». Ce banquet est souvent considéré comme le point de rupture déclenchant l’émancipation des cercles littéraires par rapport au monde politique. Ironie de l’histoire, Camille Lemonnier obtint finalement le prix Quinquennal en 1888 pour son ouvrage intitulé La Belgique, illustré de gravures entre autres de Constantin Meunier.
En 1883, Lemonnier se remaria et s’installa à La Hulpe, à proximité directe de la forêt de Soignes, à l’emplacement où s’élève à présent l’école d’horticulture de cette commune. De cette union naquit un fils, qui mourut prématurément l’année suivante.
Dans les années qui suivirent, ses oeuvres inclurent des romans psychologiques, des livres de critique d’art, etc. En 1886, son Happe-chair, un autre de ses chefs-d’oeuvre, avait des accents nettement plus sociaux. Il fut souvent comparé au Germinal de Zola.
Dans son « Histoire de la Littérature Belge d’expression française », Henri Liebrecht décrit ainsi son évolution:

« On voit par ces indications quelle est la courbe de l’oeuvre: le thème primitif et dominant en est la nature, puis la société, qui n’est en dernier ressort qu’un des aspects de cette nature et dans la société, l’homme dont l’écrivain montre surtout les plaies, peut-être pour les guérir. Or, ayant atteint le fond de ce gouffre, tel le plongeur qui remonte d’un coup de talon vers l’air et vers la lumière, l’artiste revient à intervalles réguliers au thème initial et l’oeuvre ainsi tend à s’achever en une courbe harmonieuse. »

Dans les années qui suivirent, Camille Lemonnier passa plusieurs mois par an à Paris, dans les cercles artistiques et littéraires. Il y collabora aussi activement à la revue littéraire Mercure de France. C’est à cette époque que l’éditeur parisien Albert Savine rassemble plusieurs nouvelles de Lemonnier et les publie dans un recueil intitulé Noëls Flamands.
En 1888, Lemonnier publia Gil Blas, un roman pour lequel il fut poursuivi pour atteinte à la morale publique. Il fut condamné à Paris à une amende. Plus tard il fut également poursuivi deux fois en Belgique, mais chaque fois il finit par être acquitté.
En 1897 parut L’Ile vierge, premier tome d’une trilogie intitulée La légende de la vie, et dont les deux tomes suivants parurent respectivement en 1899 (Adam et Eve) puis en 1900 (Au coeur frais de la forêt). Les héros de cette trilogie mènent une existence retirée au fond des bois, mais sont à un moment donné contraints de renouer contact avec le monde civilisé.
Dans les années qui suivirent, Lemonnier se consacra à l’écriture de diverses monographies sur Félicien Rops, Constantin Meunier, Henri de Braekeleer, Alfred Stevens et Emile Claus, ainsi que, en 1906, un livre consacré à l’histoire de l’art pictural belge moderne intitulé L’école belge de peinture (1830-1905). En 1905 il publia encore La vie belge, une sorte de suite de sa Belgique de 1888, où il décrit la vie quotidienne et la culture de son pays natal.
Lemonnier s’était en 1903 définitivement installé à Ixelles, où il mourut le 13 juin 1913 à l’âge de 69 ans. Il est enterré au cimetière d’Ixelles. Son autobiographie, Une vie d’écrivain, qu’il avait rédigée deux ans avant sa mort, parut à titre posthume.

Camille Lemonnier fut souvent comparé à Charles De Coster, et considéré comme l’autre fondateur des lettres belges. Comme lui, il cultive mots rares, archaïsmes et en même temps néologismes, dans un constant souci d’afficher clairement sa spécificité belge par opposition au français de France. Son style, qui devient par moment lourd à force de recherche de singularité, fut d’ailleurs critiqué à plusieurs reprises, et même affublé du titre ironique de « macaque flamboyant ».
En 1904, Léon Bazalgette écrit pourtant de lui:

« C’est l’union tant cherchée de l’esprit du Nord et de la forme du Midi qui en lui se réalise, lui constituant, aux côtés de son aïeul Rubens en qui se manifesta le même splendide phénomène, une toute puissante originalité! »

Oeuvres

Ceux de la glèbe

ePub Kindle

Ceux de la glèbe
Présentation www.ebooksgratuits.com:

Commentaire de lecteur: À la lecture de la première nouvelle, j’ai failli refermer le livre. Y aurait-il eu une littérature gore avant terme? Puis, engagé par l’envie de finir ce que j’avais commencé, j’ai été au bout du livre. Habitué au style, je me suis attaché aux récits. Pour rester dans le genre de Lemonnier: «j’ai vomi avant d’avaler». La lecture s’est révélée très intéressante et le rapprochement est immanquable avec Maupassant. Comme quoi un même sujet vu par deux peintres donne bien deux oeuvres complètement différentes.

Edition numérique: www.ebooksgratuits.com

Les deux consciences

ePub Kindle

Les Deux Consciences
Présentation www.ebooksgratuits.com:

Un écrivain belge, Joris Wildmann, est poursuivi par le parquet de justice de Portemonde pour avoir publié un livre. Son «crime» est d’avoir, par ses écrits, porté atteinte aux bonnes moeurs. Wildmann va voir sa vie basculer en tentant de défendre ses livres, ses idées, ses pensées… Toute sa personne sera mise en cause par la justice.
Les Deux Consciences est un véritable plaidoyer pour la liberté d’expression et contre toute forme de censure. Camille Lemonnier y décrit comment l’écrivain Wildmann – Wildmann signifie homme sauvage en flamand – s’oppose au système rigide de cette justice inquisitrice qui se veut gardienne de la morale. L’auteur n’hésite pas à utiliser l’humour du grotesque et de l’absurde, pour nous conter cette tragédie.

Edition numérique: www.ebooksgratuits.com

L’enfant du crapaud

ePub Kindle

Présentation www.ebooksgratuits.com:

Cette nouvelle nous conte, dans un style cru, direct et parfois un peu «gore», une grève dans les charbonnages, au XIXe siècle.

Edition numérique: www.ebooksgratuits.com

Une femme

ePub Kindle

Présentation www.ebooksgratuits.com:

Un jeune seigneur rural vit une histoire d’amour passionnée avec une femme, mariée à un vieux comte… Ce roman, au dénouement un peu tragique, est parfois considéré comme étant l’un des romans les plus réussis de l’auteur, même s’il n’a eu qu’un mince succès public.

Edition numérique: www.ebooksgratuits.com

L’homme en amour

ePub Kindle

L'homme en amour
Présentation www.ebooksgratuits.com:

Ce roman nous conte, dans un style autobiographique, la découverte et l’initiation à l’amour d’un jeune homme, depuis son enfance, ses espérances, ses désespoirs, ses errances…

Edition numérique: www.ebooksgratuits.com

L’homme qui tue les femmes – Mémoires de l’assassin

ePub Kindle

Présentation www.ebooksgratuits.com:

Cette nouvelle se présente sous la forme des mémoires d’un tueur de femmes, comme l’indiquent le titre et le sous-titre. L’auteur y décrit sans prendre de gants, dans un style très violent et sensuel (pour l’époque), ce qui se passe dans la tête de ce tueur psychopathe, inspiré par Jack l’Eventreur, avant, pendant et après ces actes de violence.

Edition numérique: www.ebooksgratuits.com

Un Mâle

ePub Kindle

Un Mâle
Présentation 3hibouks.com:

Peut-être le plus grand des chefs-d’oeuvre de Camille Lemonnier, Un Mâle raconte les amours du braconnier Cachaprès et de Germaine, la fille adoptive d’un fermier respectable. Amours impossibles, bien sûr, entre deux êtres dont Lemonnier nous fait partager toute la complexité. Roman étrangement moderne par l’analyse psychologique détaillée des personnages, on y découvre peut-être les plus belles pages de l’écrivain.
Parler de féminisme serait exagéré, mais Germaine a quand même un caractère bien indépendant pour une femme de cette époque…
La forêt qui abrite les amours des deux héros y apparaît presque comme un personnage à part entière. On retrouve dans certaines descriptions de la vie sauvage qu’elle abrite et dans les scènes de braconnage un air de famille avec Maurice Genevoix.

Edition numérique: 3hibouks.com

Noëls flamands

ePub Kindle

Noëls flamands
Présentation 3hibouks.com:

Recueil de nouvelles de Camille Lemonnier, sur le thème des fêtes de fin d’année: Sainte Catherine, Saint Nicolas et Noël. Rassemblées en 1887 par l’éditeur parisien Albert Savine, ces nouvelles parlent de la vie des gens simples de Flandres, du Brabant, de Wavre et d’ailleurs en Belgique, à l’époque où le cramique était un plat de fête…
On y retrouve la plume de Camille Lemonnier, qui fut surnommé par ses pairs « Maréchal des lettres belges ».

Edition numérique: 3hibouks.com

Le Possédé

ePub Kindle

Sous-titré « Etude passionnelle », cet ouvrage montre jusqu’où un homme respectable peut tomber dans la bestialité, une fois qu’il est obsédé par une femme, en l’occurence ici l’institutrice de ses enfants.

Edition numérique: www.gutenberg.org


Haut de la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.